ART STICKING IS A REVOLUTION

Après une semaine de drache nationale qui a marqué les esprits, la journée du 8 mars a pointé le bout de son nez, sous la grisaille mais sans une goutte de pluie. Quel soulagement pour la journée qui rappelle que les femmes ont des droits, une journée que nous avons choisie pour mettre à l’honneur notre nouvelle artiste, la première exposante de l’année 2019: Elise Corvaglia.

Carolo de naissance, italienne d’origine, née dans les seventies, Elise est une autodidacte sensiblement poétique . Depuis plusieurs années, elle pratique le collage, une technique artistique qu’elle considère comme une révolution. Nous l’avions rencontrée et avions eu un aperçu de ses créations grâce à son prédécesseur, le sérigraphiste MyDatah. Cependant, Elise n’avait encore jamais exposé toutes ses créations en une seule exposition. Nous avons cet honneur immense d’être la boutique qu’elle a choisie, sous notre invitation, pour se dévoiler. Parce que comme beaucoup d’artistes, elle est timide… ou plutôt, elle n’avait jamais imaginé montrer tout ce qu’elle réalise, parce que c’est sa passion, depuis plusieurs années, ni imaginé s’en séparer, puisque des amateurs ont d’ores et déjà craqué et acheté une ou plusieurs créations dès le première soir! C’était le 8 mars, le soir du vernissage…

Mais avant cela, il faut revenir à 10h30 du matin, le 8 mars, à la boutique où j’ai accueilli Elise, son binôme, le talentueux photographe Jean-François Flamey et notre artiste précédent, MyDatah qui avait organisé l’exposition « SerigraphiX » véritable coup de cœur et succès de l’automne 2018. Ils sont venus en grande force pour accrocher les créations dans toute la boutique. Et ce n’est pas rien d’accrocher une expo! Il ne suffit pas de mettre un clou et d’y pendre n’importe quel tableau… J-F vous le dirait: “Accrocher une exposition, c’est un art en soi. C’est une réflexion sensible, méthodique et presque calculée. “ Un travail de fourmis, méticuleux, précis, auquel j’ai assisté de près et/ou de loin, s’est déroulé pendant plusieurs heures ce jour-là, jusqu’à 17h30. A ce moment-là, toutes les créations avaient trouvé place sur nos murs.

Mon acolyte, je parle de Debo évidemment, est arrivée juste à ce moment-là et nous avons terminé les préparatifs du vernissage: à ce sujet, il faut remonter quelques jours avant pour savoir que Debo a préparé une sangria maison délicieuse (c’est vous-même qui l’avez dit) avec des fruits frais qu’elle a coupé elle-même et tout et tout, et à la veille du jour J, pour savoir que je me suis essayé à la cuisine Vegan en préparant des soccas (crêpes vegan à base d’huile, d’eau et de farine de pois chiche) et un houmous. C’est pas qu’on met les petits plats dans les grands chez Made In, mais c’est qu’on aime surprendre notre artiste et vous aussi!

Nous avons donc installé tout cela sur notre table qui rassemble, et tout était près dès 18h00. Nous avons vécu un vernissage convivial autour de cette sangria rafraîchissante (bien qu’un chouia corsée) mais aussi une Bertinchamp pamplemousse qui offrait un avant-goût printanier et la Houppe,  devenue la mousse traditionnelle de nos Events. Notre petite boutique devrait pousser ses murs pour accueillir tout ce monde et permettre d’admirer les œuvres confortablement mais finalement, c’est dans la bonne humeur et les rires que les gens ont pu apercevoir les collages. La plupart sont revenus d’ailleurs plus tard pour (re)découvrir dans le calme cette expo qui vous surprendra toujours par de nouveaux détails que vous n’aviez pas aperçu au premier coup d’œil. Nous, on ne s’en lasse pas.

Sortez d’ores et déjà votre agenda pour noter que du 1er mai au 5 mai inclus, Namur résonnera au son des pshitt des bombes de graffeurs pour le festival Street Art ! À cette occasion, Elise transposera les œuvres de l’expo en un autre collage, technique bien connue de l’art urbain.  A découvrir à l’extérieur de la boutique, en compagnie d’autres artistes surprises…